Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

de la musique

  • A Certain Ratio : l’album du retour « Mind Made Up »

    Après dix trop longues années de silence, les Anglais de A Certain Ratio reviennent enfin nous séduire de leur irrésistible cold funk. Leur nouvel album qui surfe avec autant d’élégance que d’opportunité sur le revival des 80’s ne devrait pas laisser indifférent.

    Au tournant des 80’s, A Certain Ratio sera avec Joy Division l’un des tout premiers groupes à se ranger derrière Tony Wilson et sa bannière Factory.

    Bien d’autres suivront, des Duruti Column à New Order en passant par les Happy Mondays, publiant leurs albums sous les pochettes élégantes tracées par Peter Saville.

    Conduit par le discret Jeremy Kerr, frère du charismatique leader de Simple Minds, A Certain Ratio est une formation légendaire qui n’a publié qu’une poignée d’albums en trente années d’existence.

    Et les fans qui attendaient depuis dix ans un nouvel et 8éme CD devraient être comblés par ce fracassant « Mind Made Up ». Son groove cryogénisé pour un funk décalé évoque bien des souvenirs. On songe aux Talking Heads, tout comme aux Écossais d’Orange Juice, à Heaven 17 aussi. On pense même à Brian Eno dont une citation dans sa chanson « The True Wheel » est à l’origine du patronyme du groupe basé à Manchester.

    Le timbre détaché de Jeremy Kerr ajoute à l’effet de séduction comme une réminiscence de Joy Div. C’est particulièrement sensible sur des titres comme « Teri » ou « I Feel Light ». Autre effet de « déjà vu », mais cette fois du côté des Happy Mondays avec le cool « Starlight », un hommage discret à ces frères en Factory.

    Retour des guitares style wah wah pour une citation au « Shaft » d’Isaac Hayes avec « Which Is Reality » ou clin d’œil au « Cut The Cake » d’Average White Band sur « Down Down Down », A Certain Ratio est décidément un sympathique mutant groovy.

    « Mind Made Up » est une ode à l’amour de la blackitude agitée quelle que soit sa couleur de peau, un album qui va dans le sens de l’Histoire à l’heure où un noir s’apprête à investir (enfin !) la Maison-Blanche.

     

  • David Krakauer - Music from the Winery

    Tous les dimanches depuis décembre 1998 ont lieu les "brunchs klezmer" au Tonic, club du Lower East Side new-yorkais et camp de base de John Zorn et de la Downtown Scene. C'est donc tout naturellement que Tzadik, le label de John Zorn, publie aujourd'hui cette compilation sélectionnée par le clarinettiste phare du mouvement néo-klezmer, David Krakauer.

    music.JPGOn y retrouve quelques uns des musiciens et groupes essentiels qui font vivre cette musique à New York et un peu partout dans le monde : Krakauer lui-même, mais aussi Pharaoh's Daughter, le groupe de la joueuse de 'oud Basya Schechter, Socalled, dj canadien qui marie hip hop et klezmer, ou encore Sophie Solomon, violoniste du collectif électro londonien Oi Va Voi. Le disque présente également quelques groupes moins connus, visages du renouveau permanent de cette musique.

    Un disque qui conviendra donc aussi bien aux amateurs de longue date du genre qu'aux esprits curieux de découvrir une scène foisonnante.

    Music from the Winery : Klezmer Sundays at Tonic currated by David Krakauer, Tzadik, 2004

     

  • Sayag Jazz Machine

    Petite BIO de ce groupe :

    En 2001 sortait Test Pressing, le tout premier opus de Sayag Jazz Machine, le collectif revient avec un deuxième album (Anachromic) entre jazz et electro, voire drum n'bass light en novembre 2004. Encore une nouvelle (et bonne) occasion de découvrir Sayag Jazz Machine sur disque, pour ceux qui n'ont pas encore eu le plaisir de les voir sur une scène, contexte où ils excellent.

    En 2006, le collectif est de retour dans les bacs avec le disque Anachro Mix Experience.

  • Sayag Jazz Machine - Test Pressing

    jazztime.JPGGenre : drum'n bass jazz

     Origines : il y a 3 ans Sayag Jazz Machine se formait, rassemblant six personnes. Peut être aurez-vous croisé ce groupe de live par excellence, si vos goûts vous portent dans les salles intimistes, propices aux improvisations soniques épiques et brûlantes. Test Pressing est leur 1er album où s'entremêlent des interludes parlées, des éclairs electronica à leur base musicale jazzy/drum&bass.;

     

    Ingrédients : Sayag ou le mariage des instruments traditionnels (contrebasse, saxe, flûte, violon, trompette, vibraphone) avec les machines. Sur une base de frictions rythmiques digitales que l'on prêterait volontiers à Squarepusher, se déroulent des mètres de tissu jazz, tout en plis et en arrêtes. Sayag délivre une drum'n bass progressive et hérissée de scratchs, noire, électrique et toujours sur la brèche.

    Bon trip.

  • Alex Under - Dispositivos de mi granja

    alex.JPGOrigines : la techno-house minimaliste d'Alex Under ne vient pas d'Allemagne, mais…d'Espagne.

    Surprenant ? Pas tant que ça. Cette nouvelle scène ibèrique (Oscar Mulero, Cristian Varela…) est littéralement en train d'exploser. Après avoir créé son label, CMYK Muzik, et un premier maxi retentissant, Las Bicicletas son para el veranoAlex Under en est certainement le plus digne représentant. Il joue maintenant dans la cour des grands et se produit dans la plupart des clubs européens.

    Ingrédients : pour ce premier album, il signe sur le prestigieux label allemand Trapez (sous-division de Traum) aux côtés de Olivier Hacke et Audio Werner. Dès la première écoute, on se laisse transporter par les rythmiques souples et sautillantes, par la poésie des mélodies légères et répétitives. Alex Under propose un album de techno psychédélique aussi agréable à écouter chez soi que pour danser en club. Ne manquez pas la pochette : des moutons courent dans de vertes prairies…

    Bucolique !

  • Massive Attack - Collected

    massive.JPGOrigines : originaire de Bristol, Massive Attack a véritablement marqué les années 90. Avec son premier album Blue Lines, il créait un nouveau style à base de hip-hop, de dub, de soul et de pop le tout subtilement habillé de samples des 70s : le trip-hop était né. Ouvrant la voie à de nombreux groupes (Portishead, Archive, Gorillaz…), le trio a multiplié les collaborations d’exception comme avec Liz Frazer, Craig Armstrong ou encore Tracey Horn, dépassant l’idée du groupe pour celle du collectif.

    Ingrédients : après 4 albums marquants, tous encensés par la critique internationale et quelques millions d’exemplaires vendus, Massive Attack a réussi ce que l’on appelle le « cross-over » (crédibilité underground et ventes à succès). Alors que le 5ème album est en cours d’enregistrement, le groupe compile ici ses singles. Si la version standard est sans surprise mise à part l’inédit Live with me avec Terry Callier, la version limitée offre 2 disques CD et DVD supplémentaires avec plus de 15 titres rares ou inédits.

    Un must…

     Album en écoute ici : https://www.youtube.com/playlist?list=PL09F25A2F29A7A257