Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

de la musique

  • chroniques jazz, violon, orchestre

    Magali Souriau : Petite Promenade, 2004
    Pianiste française vivant à New York, Magali Souriau est ici à la tête d'un trio sans batterie, mais avec Chris Cheek au sax et Matt Pavolka à la contrebasse et peut-être une idée de violon comme je l'explique plus loin.

    Des mélodies un peu naïves, toujours tendres, puisant leur source aussi bien du côté du jazz (Ahmad Jamal, Monk, Ellington) que du classique (Satie, Ravel, Kurt Weill : cela n'étant pas sans me rappeler les reprises de Vivaldi réalisées par la violoniste Lisa YANG d'ailleurs...) , voir des mélodies enfantines comme en témoigne la relecture d'Au clair de la lune. Et, encore une fois, toute la classe de Chris Cheek au sax, ténor comme soprano.

     

    The New Talent Jazz Orchestra : The Sound of New York Jazz Underground, 2004
    jazz.JPGUn titre assez ronflant pour ce double album qui cherche avant tout à dresser un premier bilan. Ce disque porte en effet le n°200 de FSNT. Pour l'occasion, de nombreux musiciens - batteur, violoniste, saxophoniste - qui enregistrent régulièrement pour lui se sont réunis l'année dernière pour enregistrer 16 morceaux en grande formation : 8 originaux et 8 reprises (Coltrane, Shorter, mais aussi... Aphex Twin comme en témoigne la radioblog).

    Quelques très bons moments sur ce disque qui peut être une introduction intéressante à cette nouvelle scène jazz new-yorkaise, même si personnellement je lui préfère certains des disques présentés ci-dessus.

    les titres : https://www.discogs.com/fr/The-New-Talent-Jazz-Orchestra-The-Sound-Of-New-York-Jazz-Underground-/release/10896594

  • VCMG - Aftermaths- EP3

    ELECTRO POP DANCE - « Aftermaths » suit « Ssss » et reprend l’électro qui semble amuser comme des petits fous nos deux compères du début de Depeche Mode, Vince Clarke (VC) et Martin L. Gore (MG) sur un EP(3) instrumental et très électro-dance, usant !

     

    vmc.JPGAyant chroniqué le « Ssss », Lords of Rock a pensé que je pourrais m’y coller à nouveau… « Yeeees » ai-je hurlé ! Eh bien la prochaine fois, il va m’en valoir plus pour hurler « prem’s !! »… Parce que je ne suis décidément pas faite pour l’électro-dance-métallique-avant-gardiste… C’est encore du minimaliste techno. Un mix et remix d’un titre…. Oh, mon dieu, pitié pour mes pauvres et vieilles oreilles !

    Alors, oui, vous, fans d’électro, allez être ravis par cet EP qui hantera vos nuits de transe pendant de quelques longues semaines. Pour les autres, écoutez n’importe quoi d’autre (Blur, Manceau, Divine Comedy, The Coral…), bref tout pour vous nettoyer les oreilles ! J’ai un seul mot à rajouter : Martin, reviens à la maison !

  • Louderbach "Autumn"

    Choisissez d’enregistrer votre album moitié à Berlin, haut lieu de l’électronique, qui figurerait l’hiver, et moitié à Los Angeles, ville du soleil, des paillettes et de l’été permanent, et nommez le "Automne". Voilà l’idée pas plus bête que ça qu’ont eu Troy Pierce et Gibbby Miller, dont on apprend par ailleurs qu’ils se répartissent à égalité le travail : au premier la musique, au second les voix.

    Pour un résultat sombre entre électronique statique et finement texturée, bourrée jusqu’à la gueule d’infrabasse, et une voix qui évoque plus celle qu’on entend dans les disques de pop, c’est à dire élégante, sans esbrouffe, c’est à dire peu ou pas trafiquée... Louderbach "Autumn"

    Après le récent album de Kanye West, voilà encore la preuve qu’il est possible aussi de raconter des histoires dans un disque électronique, en mariant avant-garde musicale et simplicité des paroles. Et avec beaucoup moins d’effets sur la voix.

    Un début de maturité pour le genre ?

  • John Zorn : Filmworks IX

    Il y a quelques semaines, je faisais un compte-rendu enthousiaste du concert de Chris Speed, Jamie Saft et Ben Perowsky au Studio de l'Ermitage. Le disque du trio dont il était question (et dont un extrait est disponible dans la radioblog) est autoproduit et par conséquent assez difficile à se procurer.

    zorn.PNGHeureusement, Tzadik fait bien les choses, et il existe un somptueux disque qui réunit Chris Speed et Jamie Saft (mais sans Ben Perowsky) que je me suis procuré récemment. Il s'agit du volume IX des Filmworks de John Zorn, sous-titré Trembling before G-D. Il s'agit de la bande son d'un documentaire de Sandi Simcha Dubowski sur les homosexuels au sein de la communauté hassidique. Je n'ai jamais vu ce film, mais le disque est remarquable. Sur des compositions de Zorn, dont certaines issues du répertoire de Masada, Chris Speed à la clarinette et Jamie Saft au piano et à l'orgue font preuve d'une belle musicalité. Je mettrai un extrait de ce disque dans la prochaine livraison de la radioblog.

    Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, le site de Tzadik annonce la sortie prochaine d'un disque en trio de Jamie Saft avec Greg Cohen (contrebassiste de Masada) et Ben Perowsky.

    John Zorn : Filmworks IX - Trembling before G-D, Tzadik, 2000

  • Snd "Atavism"

    Snd est un duo anglais composé de Mark Fell and Mat Steel, "Atavism", le quatrième album est sorti en mars dernier sur Raster-Noton. Ici on est immergé dans une musique électronique infiniment minimale, appelée glitch music, clic’n’cut.

    electro.JPGLe rythme, l’agencement, la disposition ou les traitements qu’ils appliquent aux sons utilisés sont magiques pour l’oreille. L’écoute illustre le panel de nuances qu’une couleur (ou une tonalité) peut prendre suivant le traitement qu’on lui administre. Les tons fluctuent doucement, mais les nuances changent constamment et c’est là où la magie opère.

    Et cette magie sonique agit depuis 1998, date où le premier travail, sort sur Mille plateaux. Musique répétitive, où dit-on, l’improvisation rusée serait de la partie, chaque proposition se développe avec précaution. L’auditeur aura bien évidemment le temps d’appréhender des sonorités, des formes toujours chargées d’une certain

     

  • Diana Krall - bossa nova

    C’est lors d’un séjour au Brésil que Diana Krall a découvert une nouvelle source d’inspiration. La bossa nova va en effet être au menu de son prochain album dont certaines chansons ont été composées par le maître du genre, Antonio Carlos Jobim. La chanteuse a aussi expliqué que ce nouvel enregistrement allait être très sensuel…

    jazz.JPGSelon elle, le disque devrait avoir un caractère « sensuel et érotique »… Diana Krall vient de faire quelques révélations sur son nouvel enregistrement, qui va s’appeler « Quiets Nights » et qui va sortir en mars prochain. Mélange de standards, comme le « Walk On By » de Burt Bacharach, et de chansons moins connues ; cet album sera très influencé par le Brésil, où la chanteuse est allée récemment. Certaines d’entre elles ayant été composées par Antonio Carlos Jobim, initiateur et star incontournable de la bossa nova. Un virage ensoleillé pour la jazz woman qui jusqu’ici nous avait habitué des rythmes beaucoup moins sexy.